Mesure d’audience TV : le marquage du signal des chaînes, un maillon essentiel

Audience le mag
La mise en œuvre du watermarking est pilotée à Médiamétrie par une équipe de techniciens et ingénieurs spécialisée

Temps de lecture : 3 min 3 s

Médiamétrie développe des méthodologies et technologies de pointe pour la mesure d'audience. La mesure d’audience de la télévision est fondée sur le marquage du son émis par les chaînes de TV – la technologie du watermarking audio. Sa mise en œuvre est pilotée à Médiamétrie par une équipe de techniciens et ingénieurs spécialisée dans les technologies de l’audiovisuel.

Garantir la qualité de la mesure d'audience TV

Depuis 2008, Médiamétrie utilise le watermarking comme technologie de mesure d’audience de la télévision. Cette technologie consiste à insérer une marque – un tatouage - inaudible dans le flux audio émis par les chaînes de télévision ; cette marque porte un identifiant unique propre à chaque chaîne ainsi que l’heure et la date de diffusion du programme émis en direct ou regardé en Replay.

La marque est reconnue par 2 types d’audimètres : l’audimètre fixe, une tablette installée dans les foyers panélistes à proximité de chacun des téléviseurs mesurés ; l’audimètre porté, un petit objet connecté porté par le panéliste à son domicile, en dehors et en mobilité, au poignet via un bracelet ou à la ceinture avec un clip. Ces équipements permettent à Médiamétrie d’identifier la chaine regardée par le panéliste, information clef utilisée pour le calcul des audiences. Médiamétrie est mondialement reconnu pour ses innovations dans les mesures.

Jérôme Méric, Directeur Développement des systèmes de mesure à Médiamétrie développe : « le tatouage – watermark – est inséré dans le spectre sonore sans altérer l’audio des programmes. Tous les flux de diffusion sont concernés par le tatouage, ce qui permet de comptabiliser et d’identifier le visionnage des programmes en direct, en différé et en replay et cela quel que soit le réseau d’accès (TNT, Sat, IPTV, OTT, Hbbtv) et l’écran utilisé ».

Pour garantir la qualité de la mesure, et recueillir toutes les audiences, l’enjeu consiste à s’assurer que la marque n’est pas altérée et sera donc à tout moment reconnue par l’audimètre. Chez Médiamétrie, c’est le pôle Ingénierie TV et Radio qui pilote cette activité. Composé de 3 personnes, il est rattaché à la Direction des Systèmes de Mesure. Nelsy Zami, Responsable Ingénierie TV & Radio, précise : « cette fonction nécessite une connaissance de la technique des régies de diffusion, de leurs équipements, de leurs architectures, etc. ».

Watermarking : s’adapter à l’architecture de chaque chaîne de télévision

L’objectif du Pôle ingénierie TV & Radio de Médiamétrie est d’accompagner les chaînes dans la mise en place et le maintien opérationnel des schémas de tatouage de leurs antennes. Afin de s’assurer que le tatouage soit toujours présent, Médiamétrie l’a choisi le plus résistant au chemin acoustique en sélectionnant une technologie développée par la société Kantar.

Ainsi, les équipes de Médiamétrie définissent avec les chaînes de télévision à quels endroits insérer le tatouage dans leur architecture de diffusion. Elles aident à son bon déploiement. La manière d’insérer ce tatouage diffère selon les chaînes en fonction de leurs solutions et technologies de diffusion. Médiamétrie vérifie ensuite la conformité de l’installation réalisée par les chaînes avec le cahier des charges de la mesure d’audience de la TV.

Une fois le tatouage en place, il faut s’assurer qu’il l’est toujours dans le temps. Pour cela, un processus de supervision existe. Il consiste à vérifier, sur le signal antenne, la présence du watermark afin de détecter d’éventuelles anomalies. Ce processus doit être mis en place par les chaînes elles-mêmes. Médiamétrie, dans son rôle de tiers de confiance, l’a également mis en œuvre en parallèle via des stations de supervision opérées par des partenaires techniques spécialisés dans ce domaine (TDF & Witbe).

 

Les évolutions technologiques, telles que le développement de l’utilisation du cloud computing par exemple, nécessitent des adaptations régulières des méthodologies et technologies employées. La technologie du watermarking connaît elle aussi des évolutions que les chaînes et Médiamétrie doivent prendre en compte.

Pour Nelsy Zami, « un des challenges à relever consiste à adapter la technique à tous les acteurs médias, quelles que soient leur taille et leurs infrastructures. »

Une coopération étroite avec les chaînes de télévision

La mise en œuvre du watermarking nécessite une coopération rapprochée entre Médiamétrie et les directions techniques de ses clients. Les équipes les forment et les accompagnent dans l’insertion et l’exploitation du tatouage afin qu’ils s’approprient cette technologie.

« Nous effectuons un travail de pédagogie sur la technologie, notamment auprès des nouveaux interlocuteurs des régies techniques pour partager les expériences », indique Nelsy Zami.

Cette expertise devient indispensable à mesure que les technologies de diffusion et de mesure d’audience se complexifient.

 

Laure Osmanian Molinero

Calcul d’intervalle de confiance à 95%

Taille de l'échantillon ou d'une cible dans l'échantillon

n =

Proportion observée dans l'échantillon ou sur une cible dans l'échantillon

p =

%

Attention : ne s'applique qu'à une proportion. Le Taux Moyen est une moyenne de proportions et la Part d'audience un rapport de proportions.
Cet outil est donné à titre indicatif. Il ne saurait pouvoir s'appliquer sans autres précautions à des fins professionnelles.

Test de significativité des écarts entre deux proportions

Permet d'évaluer si la différence entre 2 proportions est significative au seuil de 95%

Proportion

Taille de l'échantillon

Échantillon 1

%

Échantillon 2

%

Attention : ne s'applique qu'à une proportion. Le Taux Moyen est une moyenne de proportions et la Part d'audience un rapport de proportions.
Cet outil est donné à titre indicatif. Il ne saurait pouvoir s'appliquer sans autres précautions à des fins professionnelles.

En complément