Les applications mobiles : des usages qui s'intensifient et se concentrent

La NetLetter d'avril 2016

En janvier 2016, 37,1 millions de Français de 11 ans et plus ont consulté au moins une fois Internet via leur smartphone, soit 6 millions de plus qu’en janvier 2014. Le téléphone mobile est devenu un moyen incontournable pour se rendre sur Internet. L’application mobile se situe au cœur de ces nouveaux usages et concerne presque l’intégralité des mobinautes (94,7%). Cependant, les places sont chères pour les éditeurs : malgré leur abondance, seules 5 applications sont utilisées par mobinaute en moyenne et leur utilisation diffère selon les types de contenus.

 

Les Français, toujours plus nombreux sur les applications

Les Français sont de plus en plus nombreux à se rendre sur les applications chaque mois. En janvier 2016, on dénombre presque autant de mobinautes sur les sites que sur les applications avec plus de 35 millions de visiteurs uniques sur chacun d’eux. Les applications rattrapent leur retard d’audience avec une croissance plus importante que les sites ces deux dernières années.

Une concentration du nombre d’applications utilisées

Alors qu’ils ont 28 applications installées en moyenne* sur leur téléphone mobile, les mobinautes se connectent en moyenne à 5 applications au cours du mois. Parmi les mobinautes s’étant rendus sur une application en janvier 2016, près de 3 sur 4 en ont consulté 6 ou moins. Le nombre d’applications utilisées se concentre : seulement 28% des mobinautes se connectent sur plus de 6 applications au cours du mois. Ils étaient 35% deux ans plus tôt.

Un usage applicatif en fonction de la nature des contenus

L’utilisation des applications peut toutefois varier d’un univers à un autre. Avec un marché moins fragmenté, les éditeurs de « Jeux en ligne » et de « Météo » semblent fidéliser plus facilement leurs audiences grâce à une consultation des contenus directement sur l’application. En effet, les sous-catégories « Jeux en ligne » et « Météo » ont une audience plus élevée sur applications que sur sites. Respectivement, 66% et 56% de leur audience mobile s'est rendue exclusivement sur une application en janvier 2016. Moins d’un quart seulement des visiteurs uniques s’est rendu sur un site ET une application pour consulter la météo ou jouer.

Une réalité loin du marché des contenus d’actualité pour lesquels un navigateur permet de surfer plus facilement sur les nombreux sites structurant ce secteur qui bénéficie également d’apport de la part des agrégateurs et réseaux sociaux. Le site reste en effet le plus porteur d’audience pour la sous-catégorie Actualités, avec 61,9% d’exclusifs site tandis que les exclusifs applications sont moins de 10% pour consulter ce type de contenus. La part des utilisateurs des sites et applications pour un contenu d’actualité est toutefois relativement importante avec 29,7% des visiteurs ayant consulté à la fois les sites et les applications.

Sources : Médiamétrie et Mediametrie//NetRatings – Audience Internet Mobile – France – Janvier 2014 à Janvier 2016 – Base : 11 ans et plus – Copyright Mediametrie//NetRatings - Tous droits réservés

* Médiamétrie – Web Observatoire T4 2015 – Base : Internautes 15+ utilisateurs de mobile

Calcul d’intervalle de confiance à 95%

Taille de l'échantillon ou d'une cible dans l'échantillon

n =

Proportion observée dans l'échantillon ou sur une cible dans l'échantillon

p =

%

Attention : ne s'applique qu'à une proportion. Le Taux Moyen est une moyenne de proportions et la Part d'audience un rapport de proportions.
Cet outil est donné à titre indicatif. Il ne saurait pouvoir s'appliquer sans autres précautions à des fins professionnelles.

Test de significativité des écarts entre deux proportions

Permet d'évaluer si la différence entre 2 proportions est significative au seuil de 95%

Proportion

Taille de l'échantillon

Échantillon 1

%

Échantillon 2

%

Attention : ne s'applique qu'à une proportion. Le Taux Moyen est une moyenne de proportions et la Part d'audience un rapport de proportions.
Cet outil est donné à titre indicatif. Il ne saurait pouvoir s'appliquer sans autres précautions à des fins professionnelles.