Antilles, Guyane, La Réunion : les usages TV et radio du smartphone s’imposent

Audience le mag
Comme ailleurs si ce n’est encore plus, le smartphone a pris une place très importante en Outremer. Les Antillais, Guyanais et Réunionnais l’utilisent notamment pour regarder la télévision ou écouter la radio, en direct ou en différé

Temps de lecture : 6 min 48 s

Comme ailleurs si ce n’est encore plus, le smartphone a pris une place très importante en Outremer. Les Antillais, Guyanais et Réunionnais l’utilisent notamment pour regarder la télévision ou écouter la radio, en direct ou en différé. Des pratiques déjà prises en compte par Médiamétrie et qu’elle étudie désormais plus précisément dans ces territoires via l’Observatoire des Usages Digitaux et les modules Global TV et Global Radio.

Le rôle prépondérant du smartphone en Outremer

Aux Antilles, en Guyane et à La Réunion, 96% de la population est équipée d’un téléphone mobile[1]. Et plus de 3 foyers sur 4 possèdent un ordinateur. Toutefois, sur l’ensemble de ces territoires, les internautes privilégient les connexions via leur smartphone : ils sont deux fois plus nombreux à s’y connecter plusieurs fois par jour que sur leur ordinateur.

Selon Guy Détrousselle, Directeur du Pôle Local de Médiamétrie, « le mobile – avant même le smartphone - a toujours été privilégié en Outremer où la vie est très tournée vers l’extérieur et la mobilité ; que ce soit pour des raisons culturelles et sans doute liées à la structure socio-démographique des populations, l’engouement pour le smartphone se confirme ; l’amélioration continue de la qualité de réseau et des conditions d’accès est également un facteur explicatif ».

Au total, chaque jour, environ 70% des Antillo-Guyanais se connectent à internet, quel que soit le support. A La Réunion, ils sont encore plus nombreux à se connecter quotidiennement : plus de 3 personnes sur 4. Ces pratiques sont en progression rapide au cours des dernières années : ils n’étaient que 1 sur 2 à se connecter tous les jours dans ces territoires en 2014.

Le smartphone, l’autre écran pour regarder la télévision

Férus de smartphone, les Ultramarins l’utilisent en premier lieu quand ils regardent la télévision sur un autre écran que le téléviseur. Les Guyanais en sont les plus adeptes puisque 8 sur 10 l’ont déjà fait[2] (56,3% sur ordinateur). Suivis des Guadeloupéens qui sont 3 sur 4 (68,6% sur ordinateur), et des Martiniquais, près de 3 sur 4 aussi (70% sur ordinateur). Enfin, les Réunionnais sont un peu moins nombreux avec 68,9% (67,5% sur ordinateur).

En termes de temps passé, on observe quelques variations selon les territoires. Les Réunionnais consacrent ainsi deux fois plus de temps à regarder la télévision sur smartphone que sur ordinateur. Ainsi, chaque jour, 2,6% du volume de visionnage total de la télévision se fait sur cet écran. Les Martiniquais passent également un peu plus de temps à regarder des programmes sur leur smartphone que sur ordinateur. En revanche, les Guyanais comme les Guadeloupéens passent plus de temps à regarder la télévision sur ordinateur que sur smartphone.

Au global, chaque jour de semaine, selon les territoires, entre 5 et 7% des habitants regardent la télévision sur un autre écran que le téléviseur. C’est entre 20 heures et minuit qu’ils sont les plus nombreux. Et entre 2,5% et 5% la regardent exclusivement sur ces écrans. A La Réunion, en Martinique et en Guadeloupe, ce sont les jeunes entre 13 et 24 ans qui la regardent le plus sur d’autres écrans. En Guyane, les 35-49 ans devancent les 13-24 ans sur les autres écrans. Dans l’ensemble des territoires, les actifs et CSP+ sont plus nombreux à regarder la TV sur les autres écrans.

Autre pratique de la télévision, le visionnage des programmes en différé, quel que soit l’écran : entre 2,8% et 3,7% des populations ultramarines le pratiquent chaque jour. S’ils sont encore peu nombreux, en revanche, ils y consacrent un temps significatif : de 1h30 à 2h10 selon les territoires.

La radio s’installe sur les smartphones

Comme pour la télévision, les Ultramarins sont nombreux à privilégier le téléphone mobile pour écouter la radio. Aux Antilles-Guyane, environ la moitié de la population l’a déjà fait[3] (Guadeloupe : 47%, Martinique 51,5%, Guyane, 51,1%). A La Réunion, 42,7% des individus de 13 ans et plus ont déjà écouté la radio sur un téléphone mobile.

Concernant le volume d’écoute quotidien de la radio selon les supports, on observe des différences selon les territoires. C’est en Guyane que le smartphone représente la part la plus importante : il compte pour plus d’1/10ème du volume d’écoute de la radio (deux fois plus que le téléviseur). A La Réunion, le téléphone mobile représente 7,1% du volume d’écoute et 4,5% en Martinique, devant le téléviseur. La Guadeloupe fait exception, avec le téléviseur (6,6%) qui devance le smartphone en volume d’écoute (4,4%).

Plus globalement, l’écoute de la radio sur l’ensemble des supports digitaux est significative dans les territoires d’Outremer. Ils représentent en moyenne 20,2% du volume d’écoute quotidien de la Radio en Guyane, 13,4% en Guadeloupe 13,2% à La Réunion, 11,1% en Martinique.

A La Réunion, le soir, la contribution des supports digitaux est nettement supérieure à la moyenne : ils représentent plus de 40% (40,6%) du volume d’écoute de la radio entre 20h et 24h.

La pratique de l’écoute de la radio en différé s’est elle aussi développée : environ 1 Ultramarin sur 4 l’a déjà pratiquée, et environ 1 sur 3 il y a moins d’une semaine.

Enfin, le podcast commence à avoir des adeptes en Outremer. A La Réunion, aux Antilles et en Guyane, près de 60% des internautes « déjà connectés » connaissent le concept de podcast, et parmi eux, plus des 2/3 en ont déjà écouté au moins un.

Guy Détrousselle conclut : « Ces usages évoluent rapidement, et Médiamétrie les suit de plus en plus attentivement, que ce soit via l’étude Observatoire des Usages Digitaux mais aussi désormais, les modules complémentaires au recueil d’audience, Global TV & Global Radio, permettant aux éditeurs de mieux appréhender la montée en puissance des nouvelles pratiques. »

 

Laure Osmanian Molinero

 

3 questions à Laetitia de PERTHUIS, Consultante des Médias Outre-mer

Comment analysez- vous l'équipement et lutilisation du mobile aux Antilles, à La Guyane et à La Réunion ? 

Comme au national, ces dernières années les marques chinoises ont permis aux Ultramarins d’accéder à des terminaux de qualité et à moindre coût. Aujourd’hui, 8 personnes sur 10 dans ces départements d’Outre-mer sont équipées d’un smartphone. Cette progression du parc, combinée à l’amélioration de la couverture de l’internet mobile par les opérateurs locaux, a favorisé les usages de l’internet mobile, qui se sont accélérés et renforcés avec le premier confinement. Le smartphone a en effet permis à chacun d’occuper son temps confiné de manière personnalisée au sein des foyers. Les Ultramarins sont très présents sur les réseaux sociaux, et les DOM nont pas été épargnés par le phénomène TikTok. Le mobile est aujourd’hui le device le plus utilisé pour aller sur internet, devant l’ordinateur !

Comment expliquer les différences d'usages selon les territoires ?

Des aspérités existent au niveau des usages. Elles peuvent s’expliquer par des critères socio-démographiques (comme par exemple, la jeunesse de la population guyanaise), mais également par la qualité de l’internet mobile. Celle-ci diffère d’un DOM à l’autre et selon l’opérateur. L’ARCEP offre en open data les cartes de couverture 4G ainsi que les relevés de mesure de la qualité de service mobile.

Si grâce au smartphone, chacun peut s’isoler et naviguer sur internet de manière personnalisée, la navigation sur les réseaux sociaux est un usage partagé par les 4 DOM. A noter la prépondérance de Facebook à la Réunion, quand WhatsApp domine aux Antilles-Guyane. La constante, c’est que le mobile est le device privilégié pour aller sur les réseaux sociaux : 3/4 des ultramarins s’y rendent chaque jour via leur smartphone !

Les ultramarins ont majoritairement déjà acheté sur internet (près de 70% aux Antilles-Guyane et pour les 3/4 des réunionnais). Et les intentions d’achat sont élevées ! Si les commandes en ligne ont tendance à se concrétiser via l’ordinateur, la recherche préalable à l’achat a le plus souvent lieu sur le mobile. Être mobile first est depuis longtemps une nécessité pour les marques locales !

Quelles sont selon vous les perspectives pour la TV et la radio sur mobile ?

L’écoute de la TV et de la radio via le mobile, ce n’est pas un phénomène nouveau. Afin que leurs programmes soient accessibles sur le principe de l’ATAWAD (Any Time, Any Where, Any Device), les médias leaders sont disponibles depuis de nombreuses années sous environnement applicatif, sur leur site web ou leur page Facebook. Le mobile est l’écran majoritaire pour tous les lieux de connexion : à domicile, hors domicile et dans les transports. Le visionnage TV ou radio en direct et sur le mobile, donc sans contrainte de lieu ni d’horaire, a des raisons de perdurer lors des grands événements sportifs : il permet de pallier le recalage des grands médias nationaux dans les DOM.

L’étude de Médiamétrie montre la percée des podcasts en radio et de la SVOD sur les écrans, Netflix très largement en tête ! Mais les audiences montrent que les ultramarins restent fidèles à leurs programmes locaux et sont demandeurs de production locale. Est-ce que la télévision et la radio deviendront un jour des industries mobile only comme la musique ou la photographie ? L’avenir le dira…

Hors médias, quelques tendances des usages du mobile au national, à voir leur effet dans les DOM :

  • L’appli ClubHouse, le liveshopping, l’Internet des objets pilotés via une application mobile.
  • Le QR code, revenu en force avec les mesures sanitaires.
  • Le m-paiement, avec le développement des wallets électroniques et le déploiement du paiement sur Facebook et Instagram.
  • Tout ce qui va favoriser le e-commerce pour les ultramarins : livraison généralisée dans les DOM (toutes les grandes enseignes ne la proposent pas), accessibilité aux super apps comme WeChat, levée des freins à l’achat sur internet pour convertir les derniers non acheteurs (la peur de l’arnaque ou du piratage sont très présents, pour les 2/3 d’entre eux).
  • Enfin, il faudra s’armer de patience avant que les DOM soient concernés par la 5G…

 

 

[1] Observatoire des Usages Digitaux Antilles, Guyane, La Réunion - Panorama 2020 - Copyright Médiamétrie - Tous droits réservés

[2] Global Radio -Enquête Metridom Radio- Octobre-décembre 2020 - Copyright Médiamétrie - Tous droits réservés

[3] Global TV – Enquête Metridom Télévision - Septembre-Novembre 2020 - Copyright Médiamétrie - Tous droits réservés
 

 

Le smartphone aux Antilles, à La Guyane et à La Réunion

Calcul d’intervalle de confiance à 95%

Taille de l'échantillon ou d'une cible dans l'échantillon

n =

Proportion observée dans l'échantillon ou sur une cible dans l'échantillon

p =

%

Attention : ne s'applique qu'à une proportion. Le Taux Moyen est une moyenne de proportions et la Part d'audience un rapport de proportions.
Cet outil est donné à titre indicatif. Il ne saurait pouvoir s'appliquer sans autres précautions à des fins professionnelles.

Test de significativité des écarts entre deux proportions

Permet d'évaluer si la différence entre 2 proportions est significative au seuil de 95%

Proportion

Taille de l'échantillon

Échantillon 1

%

Échantillon 2

%

Attention : ne s'applique qu'à une proportion. Le Taux Moyen est une moyenne de proportions et la Part d'audience un rapport de proportions.
Cet outil est donné à titre indicatif. Il ne saurait pouvoir s'appliquer sans autres précautions à des fins professionnelles.

En complément