Vidéo 3 écrans : interview de Charles Jouvin, Prisma Media Solutions

La Netletter de juin 2019

1/ Le groupe Prisma Media vient d’intégrer la mesure d’Audience Vidéo 3 écrans de Médiamétrie, quels sont les premiers résultats ?

Notre offre vidéo a touché 18 millions de visiteurs uniques* au mois d’avril 2019, ce qui place Prisma Media au 1er rang des acteurs qui font mesurer leur audience vidéo par Médiamétrie//NetRatings.

Plus que jamais la vidéo est un format prioritaire pour Prisma Media : avec 8 studios intégrés pour faire vivre nos marques et nos contenus thématiques, nous produisons plus de 5 000 vidéos par mois ! Un format très apprécié de nos audiences puisque ces vidéos sont consultées jusqu’à 350 millions de fois chaque mois que ce soit sur nos sites ou sur les réseaux sociaux. Imaginez que sur 1 an, un internaute aura – en moyenne – consommé une centaine de vidéos proposées par le groupe Prisma Media… pas mal pour un groupe « de presse » ?

Un succès qui nous permet aujourd’hui de réaliser le quart de notre chiffre d’affaires digital grâce à la vidéo en ligne.

2/ Quels sont les prochains enjeux de la monétisation des formats vidéo ?

La monétisation est bien entendu une priorité. Le premier enjeu consiste à continuer à intégrer nos partenaires dans le header bidding vidéo. Prisma Media est le 1er éditeur à avoir déployé le header bidding sur les campagnes vidéo achetées en programmatique. Ce processus – qui met les différents acheteurs en compétition immédiate plutôt qu’en cascade – nous permet d’optimiser la monétisation.

Pour les annonceurs, c’est un accès direct à nos inventaires et pour les utilisateurs, c’est un temps de latence réduit et donc une meilleure expérience de surf. Tout le monde est gagnant !

Un autre enjeu est d’accompagner nos clients dans l’efficacité de leurs copies digitales. Tout d’abord en travaillant l’UX et l’intégration contextuelle des campagnes. Cela passe par exemple par la généralisation progressive du label Digital Ad Trust sur le display et la vidéo pour tous nos sites, par la création de contextes valorisés et par un énorme travail fait par nos collègues de l’IT pour optimiser les sites et rendre l’expérience la plus fluide possible.

Nous travaillons également l’efficacité des formats en identifiant les clés de la performance média via une réflexion marketing permanente pour mesurer les leviers d’optimisation (mono format ou dans le cadre d’une campagne couplée à de la TV par exemple).

Enfin, nous menons une réflexion sur la création publicitaire : le digital s’exprime désormais massivement sur mobile, avec des codes et des impératifs de plus en plus éloignés des réflexes imposés par les formats TV par exemple.

3/ De plus en plus d’acteurs se lancent dans la création de contenus audio. Quels sont les projets de Prisma Media sur ce sujet dans les mois à venir ?

Quel que soit le format – vidéo, audio, photo ou même texte – la question pour Prisma Media est de savoir comment nos contenus peuvent continuer à être toujours plus ancrés dans le quotidien des gens, pour nourrir leurs centres d’intérêt avec une narration « sans coutures ».

Sur l’audio, nous développons par exemple des skills pour les assistants vocaux proposant une approche très servicielle (programmes TV, recettes de cocktails, signification des prénoms, etc.). Nous travaillons également sur les podcasts, qui nourrissent avec une grande pertinence le contrat de lecture de nos marques : « Les génies du numérique » de Capital, « Ma vie avec… » de Ça m’intéresse, « Sounds of Science » de Maxisciences, et bien d’autres ! Ces rendez-vous très attendus nous permettent de renforcer la relation avec nos cibles et de proposer de nouvelles approches à nos annonceurs. Nous ne sommes qu’au début de l’aventure… aujourd’hui ces nouvelles narrations génèrent 1 million d’écoutes par mois sur l’ensemble des plateformes.

4/ Et côté vidéo ?

Nous venons de lancer les Vidéos Awards en partenariat avec nos marques Télé-Loisirs et NÉON pour valoriser les talents vidéo de demain (vidéastes, youtubeurs ou influenceurs). Côté médias sociaux (sur lesquels nos vidéos sont visionnées plus de 100 millions de fois chaque mois), nous testons de nouveaux formats comme les interviews « Tel.Me More » ou encore les chroniques « Pourquoi ? ».

Le format vidéo est devenu une clé d’entrée naturelle pour accéder à nos marques. C’est pourquoi nous continuerons à travailler avec Médiamétrie et toute l’interprofession pour bâtir les standards et indicateurs qui garantissent la pertinence de mesure de toutes les interactions avec nos audiences qu’elles soient éditoriales ou publicitaires.

 

*périmètre incomplet, en cours de taggage.

Calcul d’intervalle de confiance à 95%

Taille de l'échantillon ou d'une cible dans l'échantillon

n =

Proportion observée dans l'échantillon ou sur une cible dans l'échantillon

p =

%

Attention : ne s'applique qu'à une proportion. Le Taux Moyen est une moyenne de proportions et la Part d'audience un rapport de proportions.
Cet outil est donné à titre indicatif. Il ne saurait pouvoir s'appliquer sans autres précautions à des fins professionnelles.

Test de significativité des écarts entre deux proportions

Permet d'évaluer si la différence entre 2 proportions est significative au seuil de 95%

Proportion

Taille de l'échantillon

Échantillon 1

%

Échantillon 2

%

Attention : ne s'applique qu'à une proportion. Le Taux Moyen est une moyenne de proportions et la Part d'audience un rapport de proportions.
Cet outil est donné à titre indicatif. Il ne saurait pouvoir s'appliquer sans autres précautions à des fins professionnelles.

En complément