Musique, podcast et proximité : atouts clés de la radio

Audience le mag
La radio rassemble chaque jour plus de 40 millions d'auditeurs et cela pendant près de 3 heures

Temps de lecture : 7 min 48 s

100 ans après sa création, la radio accompagne chaque jour en France plus de 40 millions de paires d’oreilles et cela pendant près de 3 heures. A l’occasion du colloque « La Radio fait son show » organisé par le CSA le 1er juin, Médiamétrie - seul acteur à donner une vision consolidée et précise de la consommation média - a porté son attention sur 3 dimensions de la radio : son rôle essentiel dans la découverte musicale, sa capacité d’innovation à travers les podcasts, et son ancrage territorial avec les stations locales.

La radio, le cœur de la musique à l’heure des nouveaux modes d’écoute

La musique fait partie intégrante de la vie des Français : 3 personnes sur 4 en écoutent tous les jours. Et pour cela, ils se tournent toujours en premier vers la radio. Celle-ci représente près de la moitié (44%) du volume d’écoute musical, devant les plateformes de streaming, de vidéo et la musique personnelle. Il faut dire que la radio propose une offre musicale très large : sur les stations nationales, locales, et leurs déclinaisons thématiques sur internet, ainsi que sur les webradios. C’est avant tout pour écouter de la musique que les auditeurs, allument la radio !

La radio joue en effet un rôle clé dans la découverte de nouveaux titres : les auditeurs estiment que la radio en est la source principale. La moitié des auditeurs privilégient la radio pour découvrir morceaux et artistes et suivre l’actualité musicale ; un peu moins d’1 auditeur sur 3 (30%) le font via les plateformes de streaming musical. Lorsqu’ils ne savent pas quelle musique écouter, 38% des auditeurs écoutent la radio et 30% lancent les plateformes de musique. Pour l’anniversaire des 100 ans de la Radio, Médiamétrie a donné la parole aux auditeurs de musique : ils apprécient de pouvoir « se laisser surprendre par les radios et leurs animateurs », « en laissant aux pros le choix de la musique », et de retrouver ainsi le « plaisir de la découverte et du hasard ».

Emmanuelle Le Goff, Directrice du département Radio et Outremer de Médiamétrie, détaille : « Les auditeurs interrogés expriment également la recherche d’une certaine ambiance, d’une atmosphère incarnée par les différents styles de radio. Et bien sûr l’aspect humain est prédominant, avec la dimension conviviale, chaleureuse, presque intime de la voix, et cette notion de partage avec les autres auditeurs d’une même émotion au même moment ».

Et les chiffres le confirment : chaque jour, près de 18 millions d’individus de 13 ans et plus écoutent des stations musicales nationales, et plus de 9 millions écoutent des stations locales, pour une durée moyenne de plus d’1h45. Ces auditeurs sont plus jeunes que la moyenne des auditeurs de radio, et que la population. Les actifs représentent quant à eux plus de 2 auditeurs sur 3 des stations musicales.

De fait, les auditeurs les écoutent plus sur les supports numériques, particulièrement le smartphone : ceux-ci comptent pour près d’1/5ème du volume d’écoute.

Les auditeurs sont accompagnés par les stations musicales et locales tout au long de la journée. Ils les écoutent majoritairement en dehors de leur domicile, en voiture ou dans les transports, et aussi sur leur lieu de travail ou d’étude.

radio et musique

découverte musique

Le podcast, de plus en plus incontournable

Les stations de radio ont été pionnières sur les podcasts. Elles en proposent en Replay, pour réécouter des émissions diffusées sur leurs antennes. Elles développent également de plus en plus de podcasts originaux, dits natifs, exclusivement disponibles sur Internet.

Médiamétrie détecte et décrypte l’utilisation croissante du digital en France et ses études confirment que de plus en plus d’adeptes se convertissent au podcast : 15 millions de Français en écoutent chaque mois, soit près d’1 internautes sur 3 (31%).

28% des internautes écoutent chaque mois des podcasts proposés par les stations de radio (des émissions en Replay ou des podcasts originaux) ; 12% des internautes écoutent des podcasts originaux émis par des acteurs indépendants ou d’autres médias TV et presse.

Les écoutes et téléchargements de podcasts témoignent également de la vitalité et de la croissance de ce format : au mois d’avril 2021, près de 113 millions de podcasts ont été écoutés en streaming ou téléchargés sur les plateformes des souscripteurs de la mesure eStat Podcast de Médiamétrie. C’est 15% de plus qu’il y a un an à la même période.

Les jeunes constituent les plus grands amateurs de podcasts : la moitié des 15-24 ans écoutent des podcasts en moyenne sur 1 mois. C’est plus que la moyenne de l’ensemble des internautes qui sont près d’1 sur 3 (31%) à en écouter chaque mois.

Les jeunes enfants s’y mettent aussi à travers un phénomène de transmission parents – enfants : près de 70% des podcasteurs ayant des enfants de moins de 13 ans les initient aux podcasts. De futurs adeptes en graine !

Julie Terrade, directrice du pôle national au Département Radio de Médiamétrie, analyse : « Les podcasts représentent des contenus engageants et stimulants pour les auditeurs. Près de la moitié d’entre eux (44%) déclarent recommander ou noter des podcasts. Les jeunes auditeurs de podcasts sont encore plus prescripteurs de ce type de contenus audio (61%) ».

Pour découvrir de nouveaux podcasts, les auditeurs se fient bien sûr au site ou à l’appli qu’ils utilisent déjà mais aussi aux réseaux sociaux et au bouche à oreille.

Et chez les jeunes auditeurs, les réseaux sociaux sont même le premier vecteur pour découvrir de nouveaux podcasts devant le site et l’appli ; en troisième source, ils se fient aux recommandations de personnalités et de youtubeurs.

podcast

La radio, média de proximité

Une autre dimension clé de la radio est la notion de proximité géographique avec un intérêt fort des auditeurs pour les informations locales et le besoin de lien avec leur environnement proche.

Le paysage radiophonique en France présente une palette de formats, d’univers, et de thématiques disponibles sur l’ensemble du territoire entre France métropolitaine et Outremer. Plus de 1 000 stations FM, de nouveaux acteurs comme les web radios et aussi désormais les pure players DAB+, sont la marque de cette diversité et proximité qui existent sur l’ensemble du territoire.

Ainsi, plus de 9 millions d’individus (9,3) écoutent chaque jour les programmes dits locaux : des stations commerciales ou associatives, avec des zones de diffusion à dimensions très hétérogènes. Ces auditeurs les écoutent en moyenne 1h45 par jour. Ainsi, ces stations représentent près de 15% de part d’audience.

Une autre offre locale existe en complément de ces stations :

  • Le réseau France Bleu qui rassemble plus de 3,3 millions d’auditeurs quotidiens,
  • Une part significative de certains réseaux nationaux proposent des décrochages concernant une partie de leur espace publicitaire, des flash infos et certains moments d’antenne pour laisser place à des animateurs locaux.

La région Ile de France compte 7 millions d’auditeurs par jour pour les programmes locaux.

Traditionnellement la Radio est plus largement écoutée dans l’Ouest de la France : le plus haut niveau d’audience est enregistré dans les Pays de la Loire, sur la saison dernière (de septembre 2019 à juin 2020) avec une Audience Cumulée de 83,7%, et en Bretagne et Normandie le média dépasse les 80% également (80,4%).

A l’inverse le quart Sud-Est en en retrait (PACA, Corse, Occitanie).

Avec le découpage administratif et des Régions de densités et dimensions hétérogènes, la Région Auvergne-Rhône Alpes est celle qui pèse le plus, en dehors de l’Ile de France, avec 5,2 millions d’auditeurs quotidiens.

Ces disparités régionales s’expliquent d’après plusieurs facteurs : une offre de fréquences FM historiquement importante, la structure socio-démographique de ces régions (part des actifs notamment), le climat, mais aussi la circulation, les réseaux routiers, l’importance des transports en commun… Les auditeurs témoignent également un attachement à une identité régionale ou locale forte.

Les médias locaux exploitent les opportunités offertes par le digital pour élargir et développer leur diffusion, avec une résonnance plus large encore auprès de ceux qui ont quitté leur territoire d’origine. Ils renforcent également les interactions avec les auditeurs.

Guy Détrousselle, Directeur du pôle local à Médiamétrie conclut : « la diversité va bien au-delà des découpages administratifs ; les Régions ont une histoire, une culture et une identité ancrées : on parle de territoires, parfois même de « pays ». La Radio avec la diversité de son offre permet d’être plus proche encore de ces réalités locales. L’audience du média est aujourd’hui portée par les Régions, mais surtout par les communes rurales ».

la radio en régions

sources

 

 

3 questions à Hervé Godechot, membre du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel

Que représente la radio pour le public Français ? 

La radio est le média préféré des Français. Les audiences en attestent : plus de 40 millions de personnes écoutent la radio 2h45 chaque jour ! Elle nous accompagne partout, dans chaque moment de notre vie quotidienne, à la maison, en voiture, dans les transports en commun, parfois au travail… Les auditeurs font confiance à la radio pour les distraire et les informer.

Quels sont ses atouts dans le monde digital ?

Son antériorité est l’un de ses atouts, nous avons des habitudes avec la radio. Avec plus de 1 000 stations, le foisonnement de l’offre est une force incontestable face à la concurrence des nouveaux médias et des nouveaux usages. Les auditeurs sont sensibles à l’humanité de la radio : ses programmes parlés, ses choix prescripteurs de musique… tout cela est conduit par des professionnels qui ont une sensibilité, une culture qui ne peuvent être remplacées par un algorithme. La radio, c’est le médium de l’intime et de l’émotion.

Quels sont les axes principaux de développement de la radio pour les années et décennies à venir ? 

L’enthousiasme pour la radio ne doit pas masquer les enjeux pour le secteur. Les audiences sont en baisse depuis plusieurs années, les auditeurs les plus jeunes se tournent vers d’autres supports et le marché publicitaire s’érode. La radio doit se renouveler. D’abord d’un point de vue technologique : le déploiement du DAB+, la radio numérique terrestre, est un atout considérable pour la reconquête du public, notamment des plus jeunes : une meilleure qualité d’écoute et de réception, une offre encore élargie, une meilleure prise en compte de l’environnement… D’ici la fin de 2022, plus de la moitié des Français seront dans une zone couverte par le DAB+, avec une cinquantaine de stations disponibles en moyenne. Les radios doivent aussi investir massivement le digital : elles sont déjà présentes dans les magasins d’application, certaines sont référencées dans les enceintes connectées, et sur Radioplayer France. Les podcasts vont probablement constituer de nouveaux relais de croissance. Les éditeurs doivent aussi réfléchir à de nouveaux modèles économiques : la publicité sur les antennes ne pourra pas rester éternellement le seul revenu pour les radios. Elles vont devoir explorer de nouvelles façons de créer de la richesse. De nombreuses questions liées à l’intermédiation ou à la rémunération de la création radiophonique vont se poser dans les années à venir. Enfin, dans un monde où tout est à tout moment à portée de l’oreille, la réflexion sur les contenus et l’éditorialisation va être primordiale. Le CSA est très attentif à toutes ces évolutions et accompagne le secteur dans ces mutations, avec une question : quelle offre va différencier la radio de tous les autres médias et va confirmer son ancrage dans le cœur des Français ?

 

Laure Osmanian Molinero

 

 

Calcul d’intervalle de confiance à 95%

Taille de l'échantillon ou d'une cible dans l'échantillon

n =

Proportion observée dans l'échantillon ou sur une cible dans l'échantillon

p =

%

Attention : ne s'applique qu'à une proportion. Le Taux Moyen est une moyenne de proportions et la Part d'audience un rapport de proportions.
Cet outil est donné à titre indicatif. Il ne saurait pouvoir s'appliquer sans autres précautions à des fins professionnelles.

Test de significativité des écarts entre deux proportions

Permet d'évaluer si la différence entre 2 proportions est significative au seuil de 95%

Proportion

Taille de l'échantillon

Échantillon 1

%

Échantillon 2

%

Attention : ne s'applique qu'à une proportion. Le Taux Moyen est une moyenne de proportions et la Part d'audience un rapport de proportions.
Cet outil est donné à titre indicatif. Il ne saurait pouvoir s'appliquer sans autres précautions à des fins professionnelles.

En complément