Décalage horaire, nouvelles habitudes ? Ce que révèlent les rythmes de l’internaute confiné pour notre future vie numérique

Les évolutions des comportements de surf ont été rapides ces dernières années, mais avec le confinement ce sont des ruptures brutales qui sont apparues. Du jour au lendemain, nos usages internet se sont démultipliés, les rythmes de connexion se sont décalés, certaines activités devenues mobile-first ont retrouvé leur place sur ordinateur, et tous les services permettant de rester en contact ont été pris d’assaut. Si le risque sanitaire perdure et que le télétravail devient une pratique moins marginale, ces comportements inédits pourraient devenir de nouvelles habitudes.

Pendant le confinement en avril 2020, les Français ont passé en moyenne 3h par jour sur internet, alors que la moyenne se situait légèrement au-dessus de deux heures tout au long de l’année 2019. Ce besoin impérieux de connexion se traduit dans les courbes d’audience minute à minute. Cette analyse précise, rendue possible grâce aux 25 000 panélistes Internet Global de Médiamétrie placés sous mesure automatique, montre que pendant le confinement, dès 10h du matin et jusqu’à 22h, environ 10 millions d’internautes sont connectés à chaque minute (contre 7,3 millions l’année dernière). Et le pic de 18h31 atteint près de 11 millions d’internautes, soit 17% des Français (contre 9,4 millions l’année dernière à 21h11).

Au-delà de la surconsommation, un véritable décalage horaire s’est mis en place sur cette période qui a connu une forte augmentation du télétravail et du chômage, partiel ou total. Les premières connexions se font ainsi plus tard le matin : jusqu'à 8h30, il y a moins d'internautes connectés qu'en 2019. Ce décalage est également visible le soir : il faut attendre minuit et non plus onze heures pour que moins de 10% des Français soient connectés.

Autre fait marquant : la courbe d’audience décroche à 20h, lors du journal télévisé et des applaudissements pour les soignants, de façon beaucoup plus nette qu’en 2019.

Le phénomène de décalage horaire est encore plus marqué chez les jeunes. A 2h du matin, un jeune sur 10 est encore connecté. Avec des conséquences le matin : à 7h30, seuls 4% des jeunes ont allumé leur téléphone, contre 17% en moyenne l’année dernière. Ensuite, la courbe d’audience minute à minute suit en revanche une pente ascendante ininterrompue et très forte jusqu’à 11h15. A partir de ce moment, chaque minute, au moins 3 jeunes sur 10 sont connectés. Le minute à minute ne dessine plus une courbe mais une ligne droite, très différente de l’analyse de l’année dernière. Trahissant la modification des conditions de vie au sein du foyer, avec un déjeuner souvent pris en famille, les données montrent même une pause méridienne inversée, affichant un creux sur le 13h de 2020, contre un pic sur le 13h de 2019.

Ce décalage horaire avec des premières connexions plus tardives fait que les courbes de la semaine et du week-end ont d’ailleurs tendance à se ressembler davantage que l’année dernière. L’analyse des audiences « jours nommés » vient corroborer cette impression, souvent exprimée par les Français, qu’en confinement chaque jour est semblable au suivant. Les audiences sur chaque jour de la semaine montrent en effet un lissage de certains usages. Ainsi, la vidéo, qui était en temps normal surconsommée de 27% en moyenne un jour de week-end par rapport à un jour de semaine, ne l’est plus que de 10% pendant le confinement. Et les sites et apps d’actualités, qui eux étaient surconsommés de 13% chaque jour de semaine par rapport aux jours de week-end, ne le sont plus que de 4%.

A quelles activités ont été consacrées toutes ces minutes de connexion supplémentaires ? Les données montrent que sur l’ensemble de la population française ce ne sont pas forcément les services de vidéo qui ont le plus profité de ce nouveau temps de connexion, mais bien les outils permettant de rester en contact et de s'informer. Ainsi, les sites et apps d’actualités connaissent un pic très fort entre 9h et 10h le matin, puis, tout au long de la journée et jusqu’à minuit, à chaque minute ce sont plusieurs centaines de milliers d’internautes qui surfent sur ces sites. La plupart des médias ont ainsi doublé leur audience quotidienne au cours du confinement.

Parallèlement à ce besoin d’information, rester en contact n’a jamais été aussi recherché : dès 10h du matin, les audiences minute à minute des réseaux sociaux sont deux fois plus élevées que l’année dernière. L’écart se réduit à l’approche de la soirée mais lors du pic de 21h05, près de 3,9 millions d'internautes sont en contact avec leurs communautés. La courbe est similaire chez les jeunes, mais plus prononcée et plus tardive. Entre minuit et 1h, près d’1 jeune sur 10 est présent à chaque minute sur les réseaux et messageries. En revanche, leur présence sur les sites et apps de vidéo au cours de la soirée (17h30-23h) est 50% moins importante que l’année dernière : un comportement en lien avec leur forte consommation de télévision en avril, qui a augmenté de moitié en journée et jusqu’à +73% en soirée par rapport à l’année dernière.

Le confinement a en effet modifié les habitudes des jeunes. Ainsi, si l’on mesure les parts de temps des activités, les évolutions sont surprenantes en avril. Si la population française a dans son ensemble consacré une part plus importante de son temps internet aux réseaux sociaux (36%, +4 points), cette part a en revanche baissé chez les jeunes, et ce malgré l’explosion du temps passé sur TikTok. Ainsi, ils y consacraient 48% de leur temps de surf en 2019, contre 45% pendant le confinement en avril et 40% en mai. Toujours en parts de temps, ce sont les services de stream (vidéo, jeux, musique) ainsi que certains sites de formation et d’information qui bénéficient de ce transfert. Si les usages des plus jeunes esquissent les futurs comportements des internautes, alors le monde d’après pourrait être propice à une diversification plus large de nos sites et applications favoris.

Et vous, comment les usages de votre secteur évoluent ?

L'étude Confinement : nouveaux comportements est disponible sur mesure.

  • Tranches horaires et Minute à minute de mars, avril et mai 2020
  • Evolution des audiences des Brands sur votre secteur concurrentiel
  • Détection des tendances de consommation
  • Disponible sur différentes cibles socio-démographiques

Plus d'informations

Confidence interval calculus

Sample size or target in the sample

n =

Proportion observed in the sample or on a target in the sample

p =

%

Warning: only applies to a proportion. The Average Rate is an average of proportions and the Audience Share a ratio of proportions. This tool is provided for information purposes. It cannot be applied for professional purposes without further precautions.

Test of significance of the differences between two proportions

Used to assess whether the difference between 2 proportions is significant at the 95% threshold

Proportion

Sample size

1st sample

%

2nd sample

%

Warning: only applies to a proportion. The Average Rate is an average of proportions and the Audience Share a ratio of proportions. This tool is provided for information purposes. It cannot be applied for professional purposes without further precautions.

Linked solutions
More