Utilisation des cookiesEn poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, à des fins statistique et de personnalisation du contenu, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici.

Vous êtes ici : AccueilEspace journalistesCommuniqués › Yearly Sport Key Facts 2016 (Septembre 2015 - Août 2016)
Yearly Sport Key Facts 2016 (Septembre 2015 - Août 2016)

10/11/2016 - Eurodata TV Worldwide, Eurodata TV Worldwide

Une saison en or grâce aux JO et l’Euro de football

2016 était annoncée comme une année faste pour les amateurs de sport à la télévision. Jeux Olympiques d’été, Euro 2016 de football, les attentes étaient grandes pour savoir si les audiences télévisées allaient être au diapason. Yassine Berhoun, directeur Sport chez Eurodata TV Worldwide, analyse « La saison 2015/2016 nous a montré que le sport restait bel et bien le principal allié de l’écran télé dans sa consommation en direct. Même à l’âge du tout mobile, les grands événements sportifs restent les seuls programmes capables de réunir des audiences massives tout en touchant des cibles complexes à atteindre pour les diffuseurs, telles que les plus jeunes générations. Alors que les grandes sociétés médias continuent à investir des montants pharaoniques dans les droits sportifs, le sport se révèle être un véritable relais de croissance pour de nouveaux entrants comme les géants du Web. L’accord entre Twitter et la National Football League signé aux Etats-Unis est d’ailleurs une étape clé à cet égard. »

Le sport décroche les meilleures audiences

L’étude des 10 meilleurs programmes dans 10 pays* majeurs analysés dans le rapport Yearly Sports Key Facts révèle que 57 de ces 100 programmes sont dédiés au sport. Comparativement à la saison précédente, ce chiffre est en nette hausse : +21 programmes. A l’échelle mondiale, les Jeux-Olympiques d’été ont représenté l’événement phare de la saison. Cette année, et en dépit d’un décalage horaire défavorable, les pays scandinaves ont fait preuve d’un gros appétit pour les Jeux de Rio. En Finlande, les deux chaînes publiques YLE1 et YLE2 ont réalisé en moyenne une part d’audience de 35,4% sur les 375 heures dédiées à la compétition. Le Danemark n’était pas très loin derrière, puisque DR1 et TV2 ont culminé à 28,2% de part d’audience moyenne sur les 441 heures de diffusion. Même au Japon, séparé de 12h avec Rio, 7 chaînes (NHK1, NHK2, NTV, TBS, TV Asahi, TV Tokyo et Fuji TV) ont réalisé une part d’audience moyenne de 20,7% sur un total de 422 heures. Les héros locaux ont été les principaux alliés des diffuseurs dans leur quête d’audience. En France, la chaîne publique France 2 a atteint son pic d’audience de la compétition lorsque le judoka Teddy Riner a conquis la médaille d’or, en culminant à 6,2 millions de téléspectateurs. Les Jeux Olympiques en août et le championnat d’Europe de football en juin et juillet ont été des opportunités en or pour booster les parts d’audience mensuelles des diffuseurs. En Allemagne par exemple, ARD et ZDF ont diffusé les deux événements et ont vu leurs parts d’audience respectives grimper de 26% et 20% sur un an, tirées par les performances de l’équipe nationale de football allemande.

* Allemagne, Australie, Espagne, Etats-Unis, France, Italie, Japon, Pays-Bas, Royaume-Uni et Russie

L’Euro 2016 mobilise le public

Ces résultats démontrent que, plus que jamais, le football demeure sur le trône du sport mondial. Dans les 48 territoires étudiés dans le rapport Yearly Sports Key Facts, 58% des meilleures audiences de la saison sportive sont réalisées par un match de football. En France par exemple, la finale de l’Euro 2016 entre la France et le Portugal a réalisé la meilleure audience de l’année tous genres confondus. Mieux, en additionnant les scores des deux diffuseurs M6 et BeIn Sports, la meilleure audience de tous les temps a été battue, atteignant 22,3 millions de téléspectateurs (le record pour un seul diffuseur restant la demi-finale de Coupe du Monde 2006 avec 22,2 millions de téléspectateurs, déjà entre la France et le Portugal). Même dans un pays n’ayant pas pris part à la compétition comme les Pays-Bas, les chaînes publiques NPO ont enregistré une part d’audience moyenne de 38,3% sur les 97 heures de direct consacrées à l’Euro. Dans les 31 territoires européens couverts par le rapport, ce ne sont pas moins de 129,1 millions de téléspectateurs qui étaient rassemblés devant leurs écrans pour assister à la finale de la compétition ! Les performances de l’Euro 2016 auprès du public jeune ont prouvé que les grands événements sportifs offrent aux diffuseurs la possibilité de capter des cibles jeunes et souvent volatiles. En France, la meilleure performance de l’Euro 2016 auprès des 15-24 ans est réalisée par la demi-finale France – Allemagne, qui a attiré 1,8 million de jeunes adultes soit une part d’audience de 85,6%. Ce sont 17,5 points de mieux que la part d’audience globale du match ! Les événements les plus médiatisés à l’échelle mondiale ne sont pas nécessairement ceux qui fonctionnent le mieux. En Turquie par exemple, la finale de la Coupe de Turquie entre Galatasaray et Fenerbahçe sur ATV a attiré 17% de téléspectateurs de plus que la meilleure performance de l’équipe nationale turque à l’Euro 2016. En Indonésie, la « President’s Cup » locale a enregistré la meilleure audience sportive de la saison sur Indosiar, en réunissant 4,9 millions de téléspectateurs.

 

D’autres sports ancrés culturellement performent dans certains pays

De nombreux pays mettent en oeuvre de nouveaux systèmes de mesure de l’audience télévisée afin de garantir aux marchés locaux et internationaux des données cohérentes. C’est le cas de l’Inde où BARC India a développé – en s’appuyant sur la technologie de Médiamétrie - une mesure pour une audience globale estimée à 153 millions de foyers. Des premiers chiffres impressionnants ont déjà pu être analysés et permettent de mieux appréhender les spécificités de ce pays. En Inde, la demi-finale du Championnat du Monde de cricket Twenty20 entre l’équipe nationale et les Indes Occidentales (West Indies) était diffusée en simultané sur 3 chaînes (DD National, Star Sports 1 et Star Sports 3) et l’audience de chacune des chaînes est entrée dans le Top 10 des meilleures audiences sportives de la saison. Au total, ce sont 87,5 millions de téléspectateurs qui ont regardé le match devant leurs écrans.

En Europe, les sports d’hiver sont eux toujours bien implantés. Les Slovènes par exemple ont encore démontré cette année un intérêt particulier pour le saut à ski et son champion local Petr Prevc : les 87 heures de direct consacrées à la Coupe du Monde 2015/2016 ont atteint en moyenne une part d’audience de 52,4%. En Autriche la descente homme de Kitzbühel comptant pour la Coupe du Monde de ski alpin a enregistré une audience équivalente à la finale de l’Euro 2016 avec 1,6 million de téléspectateurs. Enfin en Serbie, ce n’est pas un nouvel exploit de Novak Djokovic qui a réalisé la meilleure audience sportive de la saison, mais bien la finale du Championnat d’Europe de Water Polo entre la Serbie et le Monténégro, qui a permis à la Serbie d’empocher un 3ème sacre consécutif. Le match a en effet réuni 1,9 million de téléspectateurs, soit 17% de mieux que la 2ème meilleure audience de la saison, un match de football entre la Serbie et l’Albanie.

A télécharger
2016 11 10_CP YSKF 2016 VF.pdf (111.35 Kb)

Solutions(s) associée(s) :
yskf.jpg Yearly Sport Key Facts Report

Vos contacts :
Benoit DAVID
Benoit DAVID
Attaché de Presse
Bureau : 01 71 09 93 18
bdavid@mediametrie.fr
Retour