Utilisation des cookiesEn poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, à des fins statistique et de personnalisation du contenu, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici.

Vous êtes ici : AccueilEspace journalistesCommuniqués › Entertainment TV Report : Le divertissement innove pour conquérir le public
Entertainment TV Report : Le divertissement innove pour conquérir le public

24/04/2017 - Eurodata TV Worldwide, Eurodata TV Worldwide

Essentiel dans la programmation des chaînes de télévision dans le monde, le divertissement représente en moyenne 33% des grilles de prime time. Il est également de plus en plus puissant : il augmente la part d’audience du prime time des 3/4 des chaînes étudiées (7 sur 10 en 2015). Le genre est un atout des chaînes privées historiques : elles en ont diffusé en moyenne 447 heures en prime time, deux fois plus que les chaînes publiques historiques. La programmation est aussi adaptée au public de ces chaînes et met l’accent sur des programmes utilisant les recettes de la TV réalité. Ce sont les grands enseignements de la dernière édition de l’Entertainment Report qui a étudié 37 058 heures de divertissement sur 89 chaînes et dans 11 pays. 

De nouvelles sources d’inspiration pour redynamiser le genre
 
En 2016, on observe une concentration des formats de prime time les plus populaires. 20 formats distincts se sont placés dans les tops 15 divertissement d’au moins deux pays différents alors qu’ils étaient 24 en 2015. Cependant les formats plébiscités se retrouvent dans les classements de plus de pays. Deux programmes, Got Talent et Strictly Come Dancing, figurent dans 7 tops nationaux en 2016 (sur 11 pays) alors qu’en 2015 l’unique format le plus populaire, Strictly Come Dancing, atteignait 6 tops.
 
Ces formats à succès sont souvent originaires du Royaume-Uni : les formats britanniques représentent 36% de l’offre d’adaptations sur les chaînes historiques étudiées. Ils sont suivis par les formats néerlandais puis américains. Malgré tout, les chaînes cherchent de plus en plus l’inspiration dans d’autres pays comme la Suède, le Danemark ou l’Australie. En 2016, les formats danois ont particulièrement eu la cote : leur proportion dans l’offre a augmenté de 164% par rapport à 2015. Les programmes emblématiques de cette tendance sont Married at First Sight, Kiss Bang Love et Real Men.
 

Un vent nouveau sur les compétitions grâce aux jeux télévisés et au « dating » 

Cette année encore, les compétitions ont dominé le divertissement. En 2016, elles représentent 44% des meilleurs lancements sur les cibles commerciales des chaînes étudiées, en hausse de 14 points par rapport à l’année dernière. Le genre, qui s’appuie principalement sur de gros hits internationaux, a par ailleurs démontré qu’il était aussi capable d’innover avec succès.

Le jeu télévisé est devenu majoritaire parmi les meilleurs lancements auprès des cibles commerciales, avec 14 nouveaux programmes diffusés sur 8 territoires différents.  Trois types de jeux ont été mis à l’honneur cette année : les « panel shows » (jeux avec des célébrités), comme Dara O Briain’s Got 8 Bit au Royaume-Uni ; les compétitions de challenges, comme Ninja Warrior, 7ème du top 15 en France ; les quizz, comme 0,000 Pyramid, reboot du jeu culte des années 70 aux Etats-Unis.

Les téléspectateurs ont également été nombreux à suivre les nouvelles émissions de « dating ». Les concepts les plus osés continuent de faire grimper les audiences, comme en témoignent les succès de l’adaptation du format danois Kiss Bang Love sur ProSieben en Allemagne ou du format britannique Ex On The Beach : La Revanche des ex sur NRJ 12 en France.  Mais le romantisme n’est pas en reste : diffusé en Espagne sur Cuatro, First Dates, adaptation du format britannique, a réuni en moyenne 1,3 million de téléspectateurs pour ses 203 épisodes, s’imposant comme le second meilleur programme de la chaîne. 

Un marché concurrencé par les acteurs de la VOD

Les formats reposant sur des mécaniques classiques continuent de truster les classements mais des programmes à succès proposant des expériences multi-écrans émergent de plus en plus. Cette année le programme All Against 1 (DR1 – Danemark) en est un parfait exemple. Il se classe 8ème programme de divertissement au Danemark en proposant aux téléspectateurs de participer au jeu via leur smartphone. D’autres programmes à venir sont issus de partenariats entre les acteurs de la TV traditionnelle et ceux du digital comme le concours de talents norvégien à succès The Stream (Nordic World / Spotify) qui sera bientôt adapté sur NBC aux Etats-Unis. Les acteurs de la VOD ont récemment investi le marché : à titre d’exemple, Netflix a lancé en début d’année Ultimate Beast Master. Les nouvelles plateformes mobiles dédiées aux jeunes misent également sur le divertissement à l’image de Go90 et son programme MVP. Ces acteurs du mobile proposent des formats plus courts et réalisés autrement pour coller aux usages du mobile chez les jeunes. Snapchat a même annoncé une télé-réalité (Second Chance) au format vertical. 

Dynamisé par une forte concurrence, le divertissement offre de nombreuses possibilités liées aux nouvelles technologies et à l’usage multi-écrans. Ainsi, le genre reste plus que jamais au centre des tendances actuelles et à venir.

 

Partager cette page  

 

Pour consulter l'intégralité des résultats du communiqué, cliquer sur le lien ci-dessous :

A télécharger
2016 MM DD_CdP Entertainment Report 2017.pdf (219.77 Kb)

Solutions(s) associée(s) :
Entertainment.jpg Entertainment Report

Retour