Utilisation des cookiesEn poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, à des fins statistique et de personnalisation du contenu, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici.

Vous êtes ici : AccueilEurodata TV WorldwideCommuniqués › Une Année de Télévision dans le Monde : Entre valeurs sûres et tendances de contenus inédites, la TV continue de séduire et profite des nouveaux usages
Une Année de Télévision dans le Monde : Entre valeurs sûres et tendances de contenus inédites, la TV continue de séduire et profite des nouveaux usages

09/04/2018

A l’occasion de la conférence d’ouverture du MIP TV de Cannes, Avril Blondelot, Directrice Content Insight d’Eurodata TV Worldwide, présente les dernières tendances en termes de contenus TV : « A l’heure où les hits internationaux se raréfient, nous trouvons quelques belles promesses comme Blue Planet II, The Voice Senior Young Sheldon ou When Heroes Fly. La production locale est toujours plus appréciée, ce qui rend plus difficile le consensus autour d’un ou deux titres. Le plus important en 2018 : créer le contenu qui se détachera pour une audience en particulier plutôt que de chercher à tout prix à séduire l’audience de masse. »

Fortes disparités régionales et nouvelles formes de consommation

En 2017, sur les 95 pays analysés par Eurodata TV Worldwide dans son rapport One TV Year in the World, la durée d’écoute individuelle mondiale de la télévision est de 2h56 sur téléviseur. Derrière ce chiffre, se cachent cependant de fortes disparités continentales : de l’Asie et ses 2h25 à l’Amérique du Nord dont les 4h03 placent la région tout en haut de l’échelle, on passe quasiment du simple au double ! L’Europe suit de près avec 3h49 par personne et par jour.

Ces chiffres méritent d’être mis en perspective : « En 25 ans, la durée d’écoute TV dans le monde s’est maintenue, malgré la disponibilité croissante de contenus vidéos en ligne. On observe ainsi une légère inflexion en Amérique du Nord et en Asie, mais l’Amérique du Sud continue sa progression et l’Europe se maintient à un niveau historiquement haut », déclare Frédéric Vaulpré, vice-président d’Eurodata TV Worldwide.

Depuis quelques années, les téléspectateurs du monde entier peuvent regarder des contenus TV autrement qu’en live sur téléviseur : consommation non-linéaire et écrans Internet favorisent ainsi les programmes TV. « Agrégés sur 35 pays où ils sont mesurés, le replay et le différé apportent en moyenne 8% d’audience supplémentaire aux contenus TV », ajoute Frédéric Vaulpré.

Les jeunes adultes, dont l’évolution de la durée d’écoute est scrutée de près à travers le monde, sont, en proportion de leur consommation totale, les plus grands adeptes de ces nouveaux usages : le replay et le différé comptent ainsi pour 11% de leur consommation.

De plus, les contenus les plus regardés sur les écrans internet et en replay s’adressent particulièrement à eux : c’est par exemple le cas d’émissions de téléréalité (Les Marseillais, W9, France) ou de séries mettant en scène des jeunes (Brugkla, NP3, Pays-Bas), avec des audiences parfois multipliées par 2 par rapport au live sur téléviseur.

Royaume-Uni et Etats-Unis, tops exportateurs de programmes récurrents

Plus de 4 100 programmes récurrents importés ont été lancés en 2017 dans les 48 territoires étudiés dans NoTa, le service de veille des nouveaux programmes de télévision et des plateformes online. En tête des pays exportateurs, on retrouve la Grande-Bretagne et les Etats-Unis avec pour chacun plus de 500 programmes exportés. France, Allemagne et Turquie complètent le top 5.

Il existe des flux d’échanges internationaux préférentiels entre régions du monde : la Grande-Bretagne exporte la moitié de ses créations, notamment des programmes factuels, en Europe du Nord. La France vend la majorité de ses programmes récurrents à des pays voisins, dont l’Italie et Portugal. Enfin, la Turquie exporte dans des proportions équivalentes ses fictions en Europe de l’Est, au Moyen-Orient et en Amérique du Sud.

Des palmarès trustés par les fictions

Les fictions dominent les palmarès mondiaux. Parmi les succès d’audience, on retrouve des genres et des sujets qui font le bonheur des téléspectateurs depuis plusieurs années. C'est le cas des séries mettant en scène des personnalités attachantes ou douées comme Young Sheldon aux Etats-Unis qui a permis à CBS de multiplier sa part d’audience auprès des jeunes adultes, ou celles combinant amour et famille. Dans un style opposé, les séries criminelles, pleines de mystères ou se déroulant à une époque révolue, séduisent aussi le public à travers le monde : par exemple, Beau Séjour diffusé sur Één en Belgique et Četníci Z Luhačovic sur ČT1 ont permis de doubler la part d’audience des jeunes adultes des chaînes qui les ont diffusées.

3 tendances qui vont marquer 2018

Le thème du dating n’est jamais aussi populaire que lorsqu’il se conjugue à d’autres sujets ; par exemple, le jeu Love at First Song (CJ E&M Corporation, Vietnam) mélange musique et rencontre en proposant aux candidats de se séduire uniquement via leurs goûts musicaux ; Date Night (Banijay Rights, Australie) est une émission hybride qui reprend des codes de GoggleBox. Autre nouveauté sur ce thème, l’apparition d’ émissions dédiées à la rupture amoureuse comme comme The Break Up de Kabo International et Global Road Entertainment, ou Make Up or Break Up de Facebook Watch: tout le cycle de l’amour, du coup de foudre au déchirement de la séparation, est ainsi traité à la télévision.

Après plusieurs années de programmes mettant les enfants à l’honneur, on assiste à la revanche des seniors à travers des émissions qui leur sont entièrement consacrées comme The Voice Senior ou The World According To 80 Year Olds (Talpa Global, Pays-Bas) ou même des fictions dont ils sont les héros à l’image de The Viagra Diaries prévu pour la chaîne The CW aux Etats-Unis.

Enfin, si les drames familiaux sont un classique de la télévision, les familles mises en scène en 2018 sont confrontées à des problématiques plus actuelles, comme par exemple la question de la place du père de famille, davantage centrée sur l’émotion, à l’image de Trauma (ITV Studios Global Entertainment, Grande-Bretagne).

 

Pour consulter l'intégralité des résultats du communiqué, cliquer sur le lien ci-dessous :

A télécharger
09 04 2018 CP OTVY 2017.pdf (128.72 Kb)
Solutions(s) associée(s) :
Vos contacts :
Benoit DAVID
Benoit DAVID
Attaché de Presse
Bureau : 01 71 09 93 18
bdavid@mediametrie.fr
Retour