Utilisation des cookiesEn poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, à des fins statistique et de personnalisation du contenu, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici.

Vous êtes ici : AccueilEurodata TV WorldwideCommuniqués › Entre expériences inédites et quête de sens pour le téléspectateur, les programmes se déclinent sur 4 écrans
Entre expériences inédites et quête de sens pour le téléspectateur, les programmes se déclinent sur 4 écrans

25/01/2018

A l’occasion du bilan 2017 des tendances TV internationales, Frédéric Vaulpré, directeur d’Eurodata TV Worldwide, indique : « Dans une industrie audiovisuelle en perpétuelle recherche de la recette miracle, qui fera d’une production locale un grand succès international, la connaissance des nouveaux usages du public est un enjeu majeur pour les diffuseurs. Les données 4 écrans apportent une meilleure compréhension des téléspectateurs, qui se traduit par l’adoption de stratégies multi-écrans pouvant contribuer fortement au  succès d’un contenu ».

Avril Blondelot, directrice Content Insights chez Eurodata TV Worldwide, complète : « Pour les nouveautés, qu’il s’agisse de divertissements, de factuels ou de fictions, trois axes se distinguent assez clairement cette année: la représentation d’un monde divisé qui désoriente les individus, le recours à des valeurs-refuges pour rassembler, la création d’expériences uniques et innovantes  ».

A la recherche du hit planétaire 

L’industrie audiovisuelle est à la recherche du contenu capable de fédérer durablement un large public, dans un monde toujours plus ouvert à l’international. Dans cette course, les diffuseurs ne lésinent pas sur les moyens comme le prouvent les budgets dédiés aux créations en constante augmentation chez les grands acteurs du marché. Autre constat allant dans ce sens, le poids des importations : lorsqu’on ne produit pas le hit du moment, on l’achète à l’étranger ou on l’adapte. Ainsi, sur près de 9000 nouveaux programmes récurrents mis à l’antenne en 2017 dans les pays couverts par le service NoTa, près de la moitié (46%) sont des concepts étrangers, la plupart étant « clés en main ». Le jeu télévisé The Wall en est une parfaite illustration: 2 mois après le lancement de la version originale américaine, la déclinaison française voit le jour sur TF1. En moins d’un an, 10 pays majeurs ont déjà repris le concept.

Que l’on crée ou que l’on achète les droits d’un contenu à succès, détenir l’exclusivité de sa diffusion sur un territoire est un enjeu central comme en atteste le succès d’un Game of Thrones ou d’un The Crown pour leurs diffuseurs respectifs.

Des nouveaux usages à la faveur des contenus

Plus ou moins répandu selon les territoires, le différé/replay attire toujours plus de téléspectateurs. Au Royaume-Uni et aux Etats-Unis le différé/replay sur téléviseur représente respectivement 12% et 14% de la durée d'écoute individuelle (DEI) en 2017. Dans l’Hexagone, l’utilisation progresse et le potentiel de croissance demeure très important, le différé/replay ne représentant que 5% de la DEI. Cet usage s’est généralisé à toutes les générations et rajeunit l’audience de la télévision : en France, aux Pays-Bas, aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, les seniors ne représentent en moyenne que 23% de l’audience du différé/replay contre plus de 31% de l’audience live.

De plus, le recours aux écrans internet – ordinateur, smartphone et tablette – pour regarder des programmes TV s’est imposé dans les pays occidentaux, notamment auprès des jeunes.

Ces nouvelles façons de regarder la TV profitent en particulier à certains contenus : les fictions étrangères, les programmes de télé-réalité et plus surprenant, les documentaires. Par exemple, aux Pays-Bas, grâce au délinéaire et aux écrans internet, des programmes comme Homeland ou l’Ile de la Tentation ont vu leurs audiences doubler ! En Suède, Helikopterranet, un documentaire sur un braquage en hélicoptère, a gagné 93% de téléspectateurs supplémentaires.

 

3 tendances ont marqué l’année TV dans le monde

La télévision se fait le reflet du monde qui nous entoure. Ce monde est souvent dépeint dans sa pluralité, traversé par de multiples divisions. Lobbyistin traite par exemple du rapport de force entre lobbyistes et politiques à travers la vie d’une jeune politicienne qui change de bord pour devenir lobbyiste. Avec cette série la chaîne allemande ZDFneo a multiplié par 2,4 son audience auprès des 14-29 ans. Ce monde complexe peut provoquer une perte de repères, et la vérité devient difficile à déceler : c’est le sujet de Liar, un programme Britannique qui a permis à ITV de progresser auprès des 16-34 ans.

Pour contrer cette perte de repères, plusieurs contenus TV à succès proposent l’union, le rassemblement autour de valeurs-refuges partagées par un groupe d’individus ou une nation au sens culturel du terme. C’est par exemple le cas de Meidän Maamme, documentaire finlandais sur la culture et la nature finnoise, qui a permis à Yle TV1 d’attirer 89% de 15-34 ans supplémentaires. La nostalgie peut également nous envahir et nous rassembler autour de souvenirs heureux: Lego Masters, qui, comme son nom l’indique, met en scène les célèbres jouets créés en 1932 dans une compétition qui a su séduire l’ensemble des téléspectateurs de Channel 4.  Enfin, le premier rempart contre la perte de repère, c’est le cercle proche, la famille, une valeur sûre à la télévision. Lo Mejor De La Familia, sorte d’Incroyable Talent argentin pour des familles entières, en est une très bonne illustration.

La recherche d’expérience, qu’elle soit personnelle ou collective, est la dernière tendance détectée. Un nouveau souffle est donné aux programmes avec la représentation croissante des seniors à l’écran : par exemple aux Pays-Bas, avec une version senior de The Voice en préparation. D’autres programmes apportent un nouveau regard sur des métiers encore peu valorisés qui émergent, comme DragonSlayer666, série finlandaise mettant en scène un joueur d’e-sport ou The Amazing Magicians en Chine, dont la première a permis à la chaîne Jiangsu Sat de tripler son audience auprès des 15-34 ans ! Enfin, science et technologie sont des sujets porteurs qui passionnent les téléspectateurs. Un programme comme Koden Til Kærlighed (The Code for Love) au Danemark, où un algorithme détermine quels couples sont scientifiquement compatibles, apporte un vent de fraîcheur aux émissions de dating.

John Peek, Directeur Général de Tape Consultancy conclut : « Pour le public, l’augmentation du nombre de contenus crée une complexité : le choix !
On retrouve toujours, dans les programmes à succès, un sujet qui interpelle le téléspectateur sur un plan individuel et émotionnel. Par ailleurs, même si il n’a jamais été aussi facile de regarder un programme seul, le désir de partager son expérience de visionnage demeure toujours aussi fort. »

 

Partager cette page  

 

Pour consulter l'intégralité des résultats du communiqué, cliquer sur le lien ci-dessous :

Solutions(s) associée(s) :
Vos contacts :
Benoit DAVID
Benoit DAVID
Attaché de Presse
Bureau : 01 71 09 93 18
bdavid@mediametrie.fr
Retour